Publié le :

BTP Circulaire: comment faire de l’anti-gaspi dans les projets immobiliers ?

#Open Innovation

La préservation des ressources et des matières premières impose le renouvellement des pratiques du BTP autour d’une économie circulaire. D’ici 2020, la France doit valoriser 70% des déchets du BTP alors que 50% des déchets échappent encore à toute valorisation matière. Eco-conception, déconstruction sélective, réemploi, réutilisation et recyclage : comment la filière du réemploi dans le bâtiment s’organise pour faire de l’anti-gaspi dans les projets immobiliers ?

Le 18 mars dernier, les plateformes d’innovation Economie Circulaire et Immobilier de Demain ont réuni une vingtaine d’acteurs - partenaires institutionnels, grands groupes et startups - autour des principaux enjeux d’un BTP circulaire et frugal. Co-organisé avec le CSTB, Cycle-Up, Eiffage, Gecina, Poste Immo et les Ripeurs, cet atelier a été l’occasion de partager témoignages et retours d’expérience projets sur cet enjeu métier stratégique pour les acteurs du secteur.

Après une ouverture par le CSTB (Sylvain Laurenceau - Responsable du projet transversal économie circulaire) mettant en relief la nécessité de valoriser les ressources du parc existant et d’anticiper l’éco-conception des futurs projets, place aux retours d’expériences projets :

Qu’il s’agisse de la politique ambitieuse de prévention, gestion et valorisation des déchets en phase chantier de Poste Immo (Marie-Thérèse Durand - Experte Programmes Immobiliers et Développement Durable) ou encore des projets exemplaires de réemploi à l’échelle du projet LIVE - Gecina (Noémie Lagoutte - Responsable de Programmes Immobiliers) ou de l'écoquartier LaVallée - Eiffage (François Dapilly - Responsable de projets Innovations Durables et Julie Fournier - Ingénieur développement durable et économie circulaire) ; les 3 grands acteurs du BTP français se sont appuyés sur des retours d’expériences opérationnels pour partager les principaux leviers et freins au déploiement de telles ambitions.

Si le renouveau des pratiques métiers vers une économie circulaire dépend encore de démarches volontaristes pour des projets exemplaires ciblés, l’impact de ces actions n’en est pas moins tangible.

79% des matériaux réemployés et 77 tonnes de déchets évités : ce sont les chiffres du projet de réhabilitation de l’ancien siège de Peugeot développé par Gecina en collaboration avec Cycle-Up. Du curage au réemploi in situ, l’économie circulaire dans ce projet à l’échelle du bâti constitue un véritable levier de maitrise de l’empreinte carbone des activités.

A l’échelle d’un écoquartier de 20 hectares, Eiffage poursuit à grande échelle cette même ambition bas carbone et en profite pour multiplier des initiatives à  fort impact sociétal. En collaboration étroite avec l’association Réavie, la déconstruction sélective de 85 000 m² des anciens bâtiments de l’Ecole Centrale a été l’occasion de déployer 600 heures d’insertion et de créer 3 emplois dédiés. Elle a permis la valorisation de 55 tonnes de matériaux via une ressourcerie installée sur site depuis le démarrage du chantier et ce au bénéfice de parties prenantes multiples, à commencer par les habitants du quartier.

Ces expérimentations préfiguratrices d’un nouveau mode de construire, sont généralement le fruit de collaborations avec des acteurs émergents, startups et associations, invitées également dans le cadre de cet atelier. Leurs regards et notamment celui de la plateforme de réemploi Cycle-Up (Coline Blaison - Co-fondatrice) ou encore de la startup les Ripeurs (Romain Icol - CEO) ont permis de conclure l’atelier autour d’un échange ouvert sur les principaux défis à venir de cette transformation des pratiques. Complexité technique et logistique, modèle économique, assurabilité et réglementation ou encore massification de la ressource pour permettre la création de véritables filières, les freins à lever restent encore nombreux pour passer au changement d’échelle. Ils commencent tout juste à être levés dans le cadre d’opérations exemplaires qui démontrent les bénéfices environnementaux et sociaux de l’économie circulaire à travers la structuration d’une nouvelle filière génératrice d’emplois.

Partager sur :

Lire aussi #Open Innovation

Accueillir la génération Z en entreprise

Après les baby-boomers, la génération X et les millennials, c’est au tour de la génération Z d’arriver progressivement sur le marché du travail. Fun, impatiente, hyper-connectée, communautaire, en quête de sens, phygitale et technophile, cette génération apporte avec elle un autre regard sur l’entreprise et des modes de travail d’un nouveau genre. Conduite du changement et renouveau de l'offre de services immobilière : comment l’entreprise se réinvente au contact de ces nouvelles générations ?