Publié le :

Pour des tiers-lieux impactants et économiquement viables

#Veille

Le gouvernement annonçait, lundi dernier, la liste des 80 premiers tiers-lieux bénéficiaires d’un plan de 45 millions d’euros d’aides sur trois ans. Nous vous proposons, nous, d’explorer la fabrique de leurs modèles économiques ! Si ces équipements d’intérêt général font l’objet de plusieurs programmes de financements publics, leur ancrage durable dans nos territoires reste encore incertain. Œuvrer à leur pérennité par la création de modèles économiques innovants et porteurs de sens sociétal et écologique, est pour nous une priorité.

Souvent associés à l’urbanisme transitoire, les tiers-lieux semblent condamnés à un équilibre précaire. Les problématiques de financement pour les porteurs de projet sont nombreuses : coûts des travaux de réhabilitation, charges d’exploitation coûteuses, baux précaires, subventions publiques soumises à des appels à projets sélectifs, ou encore rémunérations difficiles sur des activités destinées à des publics fragilisés.

L’équation de l’impact et de la viabilité économique est complexe ! Pourtant, nous sommes convaincus qu’elle peut être un défi fédérateur, terrain de jeu d’une créativité sans limite. Sa résolution repose sans doute dans un processus de co-construction sur le long terme, responsabilisant chaque partie prenante du projet. Du porteur de projet à la collectivité, en passant par l’aménageur, l’opérateur immobilier, l’entrepreneur social et le tissu associatif local ; il s’agit avant tout d’un travail collaboratif pour inventer des modèles économiques novateurs et résilients.

En collaboration avec nos partenaires ensembliers urbains et nos porteurs de projets, notamment de l’Arc de l’innovation, nous vous proposons 7 pistes d’actions pour pérenniser ces lieux d’utilité publique.

 

Mais au fait, c’est quoi un tiers-lieu ?

Entre l’équipement culturel et l’atelier de fabrication artisanale, le café du coin et l’ancienne place de village, la résidence d’artistes et la maison des associations : ces équipements semblent échapper à toute définition. Leur dénominateur commun : l’hybridation ! Une hybridation d’activités, de publics, d’usages, d’identités, mais toujours au service des territoires et de leurs tissus associatifs, économiques et culturels. Nouveaux totems de l’engagement civique, ils sont souvent le fruit d’expériences locales et citoyennes qui remettent au goût du jour : l’envie de faire ensemble, la création de « communs » et la réappropriation des villes par leurs habitants. Ils semblent matérialiser la transition écologique et comportementale et incarnent enfin la promesse d’une mixité sociale enthousiasmante.

 

Pour une greffe réussie sur le territoire, commençons par co-construire !

La mobilisation de l’écosystème local dans un processus de conception et de programmation collaborative est fondamentale dans la réussite d’un tiers-lieu. Comme l’illustre le projet La Blague à Aubervilliers, ce travail collectif permet d’ancrer le projet dans son territoire et de proposer une programmation cohérente, définie par et pour les habitants. L’objectif : apporter des réponses aux besoins réels du quartier (sociaux, culturels, éducatifs, sportifs, associatifs, etc.) ; proposer des services complémentaires à l’offre existante ; intégrer au cœur du projet le tissu d’acteurs locaux et leurs réseaux (entreprises, associations, collectifs, habitants, artistes, etc.). Ces principes de conception participative permettent de faire de ce nouvel équipement un lieu de vie, dans lequel les habitants se rendent naturellement puisqu’il s’agit de leur projet. Le niveau de fréquentation en est ainsi facilité et les sources de revenus renforcées !

 

Pour un bilan à l’équilibre, travaillons à réduire les charges du lieu !

Si le loyer représente en moyenne 40% des coûts d’exploitation d’un tiers-lieu, trouver des moyens de réduire les charges foncières ou charges d’exploitation peut grandement aider le porteur de projet à résoudre son équation économique. Au-delà de la mise à disposition gratuite d’espaces vacants/friches par les collectivités, certains acteurs privés, comme SoCo ou ETIC Foncièrement Responsable, initient la création de foncières commerciales solidaires. Elles acquièrent des espaces en pied d’immeuble et s’engagent sur le long terme à rassembler les conditions nécessaires à l’amorçage et la pérennité d’activités de l’Économie Sociale et Solidaire. D’autres, aménageurs, font preuve de créativité et neutralisent la charge foncière du tiers-lieu en l’absorbant dans les charges des copropriétaires, à l’échelle du quartier. Les usages alternatifs non rémunérateurs mais générateurs de qualité de vie sont financés par des activités plus lucratives, de bureaux ou de commerces, par exemple. C’est le cas de l’expérimentation du tiers-lieu de l’écoquartier Smartseille porté par Eiffage Aménagement. Ces pratiques innovantes sont des remparts à l’uniformisation de nos villes par le soutien d’initiatives locales, génératrices de mixité sociale.

 

Pour une exploitation résiliente, hybridons les sources de revenus !

Si l’hybridation de services, d’usages et de publics est constitutive de l’ADN même d’un tiers-lieu, elle est également garante d’un modèle économique résilient. Allier activités lucratives et non marchandes, saisonnières et permanentes, de location et de vente, permet d’assurer la complémentarité de sources de revenus diversifiées. Réunissant sur un même lieu : boutique d’artisanat local, fablab dédié à la médiation numérique, formations, coworking et café, la Coopérative Pointcarré, à Saint-Denis, en est un parfait exemple. Sa diversité d’activités au sein d’un même lieu vient renforcer le modèle de chacune, dans un cercle vertueux. Elle assure une trésorerie de relais, et des publics variés, transformant cet équipement de quartier en un lieu de destination. C’est  aussi le cas du projet Collective, qui a su faire rayonner la richesse culturelle d’Aubervilliers à l’échelle métropolitaine.

 

Pour découvrir l’ensemble des porteurs de projets et actions que nous préconisons sur ce sujet, n’hésitez pas à télécharger notre synthèse complète ici.

Partager sur :

Lire aussi #Veille

La logistique, vaste champ de bataille

Le 22 novembre dernier, Colliers international présentait les résultats de son étude sur la logistique et le e-commerce. Cette thématique est au cœur d’interrogations portées par différents acteurs. Colliers International, entreprise de conseil en immobilier d’entreprise, s’est concentrée dans son étude sur les transformations survenues dans la structure foncière de la logistique à la suite de la croissance du marché du e-commerce et en particulier des pure players. Quelques semaines plus tôt, l’Association française de la logistique organisait dans la mairie du 9ème arrondissement une matinée de réflexion sur les futures solutions de logistiques urbaines durables, notamment en termes de transports. Plusieurs préoccupations se télescopent aujourd'hui autour de cette thématique : s’y croisent des enjeux environnementaux et un contexte concurrentiel dans lequel de nouveaux acteurs économiques imposent des normes de performances particulièrement exigeantes. Cette prégnance de la logistique traduit bien la place que cette fonction occupe dans la stratégie des entreprises.

Innover pour faire de l’économie circulaire une réalité : regards croisés ville de paris / grands groupes / startups

Montrer le rôle et l’impact de la collaboration des acteurs publics, privés et jeunes pousses dans la concrétisation de l’économie circulaire, tel était l’objet de la conférence organisée par Paris&Co lors de la 11e édition du salon PRODURABLE. E. Leclerc et La Cagnotte des Champs, Unibail-Rodamco et Phénix ont ainsi présenté leurs collaborations pour expérimenter ensemble des solutions durables. La Ville de Paris par la voix d’Antoinette Gühl, a exposé son ambitieux plan Économie Circulaire, qui comprend le soutien aux startups via l’incubateur dédié porté par Paris&Co. Retour sur l’événement.